Untitled Document
A PROPOS


Pour rappel, c’est à partir des années 70 que le partenariat entre l’Europe et l’Afrique s’est formalisé dans le cadre des accords UE-ACP. Depuis 1975 avec les Conventions de Lomé (1975-2000) et l’Accord de Cotonou (2000-2020), l’on a pu se rendre compte du caractère asymétrique des relations entre les deux parties reposant essentiellement sur le commerce et le financement d’un certain développement qui ne contribue pas à l’autonomisation de l’Afrique. En outre, ces relations entérinent et consolident le statut quo d’une Afrique post coloniale non industrialisée et « éternelle » pourvoyeuse de matière premières des pays industrialisés ; ce qui relègue l’Afrique au rang des sans voix dans le concert des nations.

Les Accords de partenariats Economiques (APE) s’inscrivent dans la continuité de la libéralisation des échanges commerciaux entre d’un côté, un bloc politico-économique affirmé « l’Union Européenne », et de l’autre côté, une Afrique sans centre de décision ni vision politique et stratégique homogènes. Ces accords sont censés établir une zone de libre-échange entre les deux parties. Mais en réalité, ils ne profitent qu’à l’Europe. Avec la conclusion de ces accords léonins, l’Afrique n’a jamais été aussi courtisée qu’aujourd’hui dans l’objectif inavoué d’organiser le pillage en règle de ses ressources naturelles et de ses matières premières.

Cette situation vient s’ajouter à une crise interne de gouvernance des ressources locales caractérisée par une répartition inégale des biens disponibles qui aggrave la paupérisation. Celle-ci est d’ailleurs l’une des principales causes du phénomène migratoire en Afrique. En effet, chaque année, ce sont de nombreux bras valides de l’Afrique qui disparaissent dans les eaux de la Méditerranée, avant même d’avoir atteint les côtes d’une « Europe-forteresse » qui ne fait que se barricader. En revanche, elle reste ouverte, pour déverser massivement ses produits abondamment subventionnés sur le continent africain.

Au-delà du cas spécifique des accords de libre-échange, il n’est pas rare de voir les pays de l’Union Européenne soutenir et s’investir de façon isolée ou même en bloc dans des projets et des agropoles qui ont une incidence néfaste directe sur les droits des peuples et des communautés en Afrique. Il en est notamment de la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (NASAN) portée par le G8 et de certaines initiatives agro-sylvo-pastorales prétendument climato- intelligentes.

C’est dans ce contexte que se tiendra les 26 ,27 et 28 novembre 2017, le cinquième sommet « Union Européenne – Afrique ».
Face à ce sombre tableau, les communautés et les peuples africains s’érigent en force de propositions pour relever les nombreux défis auxquels l’Afrique est confrontée.

C’est dans cette optique que la société civile ouest africaine, toutes tendances confondues et ses partenaires organisent un sommet alternatif portant sur le thème : « Union Européenne-Afrique : non à un partenariat de dupe appauvrissant et déshumanisant pour l’Afrique ! ».
Untitled Document
Untitled Document
ACTUALITES A PROPOS AXES STRATEGIQUES
AXE POLITIQUE
AXE ECONOMIQUE
AXE SOCIO-CULTUREL
ORGANISATEURS
LE PRESIDIUM
LE COMITE DE COORDINATION
LES COMMISSIONS TECHNIQUES
FAIRE UN DON CONTACTS
Copyright © forumcitoyenafrique-ue.com, 2017 par Media Codeur Inc. Mentions Légales Un partenariat entre